Pour les personnes qui me suivent sur Twitter, vous avez sûrement remarqué mes tweets en coréen ces derniers jours.
En effet, je me suis lancé un défi : apprendre le coréen en plus de mon job et de mes différentes (et envahissantes) passions.

Dans cet article, je vais donc vous parler plus précisément de ce challenge : pourquoi un tel défi, de quelle façon je vais travailler…
Mais je vais également vous expliquer comment je vais m’organiser pour réussir ce challenge, sans risquer de m’épuiser.
Je suis loin d’être une experte en la matière, mais j’essaierai de vous partager un maximum mon expérience et mes découvertes, pour peut-être vous aider à vous lancer dans l’apprentissage d’une langue, ou de tout autre activité !

1- Le challenge d’apprendre une nouvelle langue

Mes motivations et mon “pourquoi ?”

Mais pourquoi avoir choisi de me challenger sur l’apprentissage d’une nouvelle langue ? Et pourquoi avoir choisi le coréen ?
Facile ! Laissez-moi d’abord vous raconter une histoire…

Il faut revenir à l’époque de mes premières années d’études supérieures (c’était il y a environ 7 ans). J’avais en horreur les cours d’anglais, parce que je trouvais que la méthodologie d’apprentissage et le contenu ne faisaient pas envie. Je sentais que mon niveau était bloqué et ne m’était utile en rien.
A la même période, on m’avait offert une petite tablette qui m’a permis de découvrir… les joies d’internet et de Youtube !
C’était une grande première pour moi de pouvoir accéder à tant de contenu. (Cette information peut paraître banale mais elle est très importante pour la suite)
Alors j’ai décidé de me trouver mes propres ressources pour apprendre, progresser, et surtout enfin apprécier l’anglais. Je me suis lancée dans une grande “chasse” aux articles, musiques, vidéos et conférences en tout genre.
Sept ans plus tard, la petite tablette a rendu l’âme, mais je peux vous affirmer que tout ce travail a été vraiment efficace ! J’aime beaucoup utiliser l’anglais pour le travail, chercher du contenu… et j’ai vu mon niveau se débloquer et progresser, ce qui me rend fière !

Tout ça pour vous dire que cette histoire m’a inspirée. Je me suis dit que ce serait intéressant de recommencer, mais avec une autre langue cette fois. Et pour rendre le challenge plus difficile, je vais commencer l’apprentissage en partant de rien, pour tester des méthodes, et voir ce qui est le plus efficace et/ou amusant pour progresser.

Pour le choix de la langue, je me suis dit qu’il serait bien d’en choisir une avec un alphabet complètement différent. Je m’étais déjà essayée au chinois il y a quelques années, mais sans grand succès. Le japonais et le coréen me tentaient aussi.
Pour départager ces trois langues, j’ai utilisé un paramètre imparable : le contenu que je rêvais de lire/écouter avec.
La réponse fut rapide et sans appel : le coréen est la meilleure option.
Pourquoi ? Je suis une grande fan de compétitions d’esport, et particulièrement des équipes coréennes. De plus, pendant mes études de design de mode, j’avais découvert le magazine Vogue Korea qui m’inspire beaucoup encore aujourd’hui…

Avoir un “pourquoi” est très important dans l’apprentissage d’une langue. Cela aide à rester motivés, même si notre niveau ne progresse pas comme on le souhaite. Et ça constitue un très bon objectif de départ !

Mes objectifs

Maintenant que je suis bien motivée, il faut que je me fixe un objectif d’apprentissage.
Est-ce que je souhaite pouvoir tenir une conversation avec des inconnus ? Lire des articles spécialisés ? Ou juste comprendre les paroles de mes chansons favorites ?

Mon premier objectif est de pouvoir comprendre le contenu lié à l’esport (vidéo et articles). Celui-ci pourra bien évidemment évoluer au fur et à mesure de mes progrès. Mais mon but ultime serait de pouvoir échanger avec des personnes du milieu de l’esport coréen.

L’organisation de mon apprentissage

Jusqu’ici tout va bien. Mais maintenant… On fait comment ?
J’ai décidé de faire mon apprentissage seule. TOUTE SEULE, comme une grande. Avec uniquement des livres ou des vidéos pédagogiques, et du contenu qui me plaît.
L’idée peut paraître totalement farfelue, mais je pense vraiment qu’avec cette méthode je vais pouvoir me concentrer sur l’essentiel, et ce qui me permettra d’atteindre mon objectif. En revanche, si je rencontre des problèmes qui me freinent dans mon apprentissage, je penserai à faire appel à un professeur ou une personne compétente pour m’aider.

2- Progresser efficacement sans se créer de contraintes

Connaître SA méthode pour être plus pertinent et rapide dans l’apprentissage

Lorsque l’on se lance dans un apprentissage en solo, le plus important est de bien cerner ses capacités, sa façon d’apprendre et ses priorités afin de ne pas se frustrer au bout de deux leçons.

Est-ce que vous apprenez mieux en écoutant la leçon, en lisant et en écrivant ? Est-ce que vous préférez lire/entendre le vocabulaire une seule fois, ou le répéter plusieurs fois est plus efficace ? Votre mémoire est-elle visuelle, auditive ou kinesthésique ? etc…
Il est important de se poser ces questions afin de bien organiser l’apprentissage.
Chaque personne est différente, et il n’y a pas de méthode “miracle” qui fonctionne pour tout le monde.
Par exemple,  la façon d’apprendre la plus efficace pour moi est la répétition et l’utilisation en contexte. Je retiens plus facilement le vocabulaire s’ il est associé à une image ou s’ il est utilisé dans une phrase concrète du quotidien.
De plus, l’idée n’est pas de passer une dizaine d’années avant d’atteindre le plus petit objectif. Il s’agit d’apprendre rapidement et efficacement le strict minimum de vocabulaire et de grammaire pour avoir accès aux contenus que l’on souhaite, et ensuite améliorer et enrichir son langage.

Mon retour d’expérience

Je n’ai pas une très longue expérience avec le coréen, mais je peux déjà vous faire un petit retour sur l’évolution de ma méthode de travail, comment j’ai trouvé un système et des ressources qui fonctionnent, et comment je progresse par rapport à mon objectif.

J’ai commencé à apprendre les bases du coréen avec une application mobile. Le format était assez ludique, et basé sur la répétition des sons et des mots. J’ai utilisé l’appli pendant environ un mois, à raison de 10 minutes par jour.
Mais après un mois, j’avais plus l’impression d’être embrouillée que d’avoir appris l’alphabet et un peu de vocabulaire. J’ai donc changé mon approche, pour avoir quelque chose de plus “théorique et pragmatique” pour débuter.

J’ai mis de côté mon apprentissage linguistique pour me concentrer sur la rédaction de mon mémoire de fin d’études. J’ai pu reprendre quelques mois plus tard.
A ce moment, je me suis mise en quête de vidéos pédagogiques pour apprendre à mon rythme, et pourquoi pas pouvoir noter dans un carnet le vocabulaire (et accessoirement entrainer ma mémoire visuelle et mon écriture).
J’ai vite trouvé ce dont j’avais besoin. Les vidéos ont constitué un bon support pour poser les bases et bien démarrer. Mais à la longue, faire de la grammaire pendant des heures, ce n’est pas très “fun” ! C’est là que l’étude de contenu qui me plaît (vidéos sur l’esport, articles de mode, chansons…) entre en jeu.

Ma méthode de travail et les ressources que j’utilise ont bien évolué depuis le début de mon apprentissage, et cela me permet de m’adapter à mes besoins et à l’évolution de mes compétences.
Par exemple, pour apprendre la prononciation, certaines méthodes pédagogiques associent l’alphabet coréen à une sorte de “traduction phonétique”, appelée romanisation. Chaque mot coréen est alors écrit avec l’alphabet que l’on connaît. Au début de mon apprentissage, je trouvais ça pratique. Mais au fil du temps, je me concentrais plus sur la romanisation que sur l’écriture en lettres coréennes des mots. J’ai donc retiré la romanisation de mes fiches de vocabulaire (j’utilise encore la romanisation, mais uniquement à des fins phonétiques, pas de façon systématique). Pour être honnête, j’apprends beaucoup mieux ainsi !

Mes progrès ? Je les mesure à la quantité de mots que je reconnais/comprends en regardant la diffusion officielle des compétitions coréennes sur le jeu League of Legends. Petite anecdote, lorsque j’ai appris les chiffres, j’étais très heureuse de pouvoir comprendre les scores donnés par les commentateurs !

Mes ressources et mon matériel

1. Prendre des notes
Je reste avec le traditionnel duo cahier – stylo. C’est suffisamment efficace pour écrire un résumé des leçons et m’entraîner à écrire.
Je me fais aussi des petites fiches avec le vocabulaire ou les phrases utiles, que je mets à jour régulièrement.
Pour prendre des notes sur mon téléphone, j’ai pensé à activer le clavier coréen pour me faciliter la tâche 😉

2. Ressources papier
J’ai trouvé un livre bien expliqué avec les structures grammaticales de base et des exercices pratiques. Les cours du livre sont accompagnés de vidéos avec du vocabulaire en plus et les corrections détaillées des exercices.

3. Ressources audio et vidéo
Sans faire une liste précise de tout ce que j’écoute ou visionne, voici quelques idées de ce que vous pouvez utiliser si vous vous lancez dans l’apprentissage d’une langue :
          – Les vidéos pédagogiques gratuites : Certaines chaînes Youtube proposent du contenu pédagogique gratuit, sur un format plus ou moins long. J’aime bien mélanger les vidéos très “scolaires” avec du contenu plus ludique sur un même sujet. Cela me donne plusieurs approches et me permet de bien en faire le tour.
          – Les interviews de personnalités et shows en tout genre : Cela permet de mettre en pratique les acquis, et d’écouter des conversations dans la langue à apprendre pour s’y familiariser. En plus, ce genre de contenu a l’avantage d’être amusant, sur un thème que l’on a choisi et que l’on aime, et de rendre l’apprentissage moins monotone ! Le langage est plus ou moins spécifique selon le sujet choisi, mais cela donne une approche beaucoup plus naturelle et en contexte.
Personnellement j’apprécie beaucoup la chaîne Twitch officielle de la compétition coréenne sur le jeu League of Legends, et aussi tout le contenu créé autour des équipes esportives et des groupes de musique.
          – La musique : Oui, écouter de la musique dans la langue à apprendre est un bon moyen de se familiariser avec le vocabulaire et la prononciation.
Petit tips de pro : c’est encore mieux d’écouter en lisant les paroles, et ensuite d’aller chercher le vocabulaire.
En me lançant dans l’apprentissage du coréen, j’ai découvert de nombreux artistes que j’aime beaucoup écouter au quotidien. J’en ai fait une playlist sympa sur Spotify si ça vous tente d’y jeter une oreille !

4. Outils numériques, réseaux sociaux
Les traducteurs en ligne sont bien utiles pour chercher du vocabulaire ou se corriger lorsque l’on commence à faire des phrases complexes. Par contre, je vous conseille de croiser les informations de plusieurs traducteurs, car certains résultats peuvent véritablement amener à des traductions radicalement différentes !
Les applications mobiles peuvent être un outil agréable si vous apprenez une langue comme “hobby” pour connaître quelques mots avant un voyage par exemple.
J’en ai utilisé deux, sans réel succès. Mon conseil ? Utilisez-les en cours d’apprentissage mais pas au début, car vous ne pouvez pas toujours apprendre la grammaire de base, et la méthode d’apprentissage est parfois confuse. En revanche, les applications sont très sympas pour enrichir votre vocabulaire en peu de temps !

Les réseaux sociaux sont le meilleur endroit pour lire du contenu court dans la langue à apprendre, et tester ses connaissances en discutant avec d’autres internautes. Vous pouvez aussi échanger avec la communauté des polyglottes, qui vous donneront leurs conseils pour progresser !

3- Comment se dégager du temps lorsque l’on a de nombreuses passions ?

Apprendre une nouvelle langue avec un réel but de s’en servir au quotidien demande un travail régulier et appliqué pour y parvenir. Si on souhaite un résultat rapide, concret et efficace sur le long terme, il est important, voire primordial de se confronter à du contenu dans la langue à apprendre chaque jour.

Pour ma part, j’alterne entre des sessions très “scolaires”, et des sessions de lecture/visionnage de contenu ou d’écoute musicale pour travailler à la fois l’écrit et la compréhension orale. Cela permet aussi d’adapter l’apprentissage à l’emploi du temps et à l’humeur du jour plus facilement.

Pour ceux qui me connaissent bien, ou qui me suivent sur Twitter, vous avez sûrement remarqué que j’ai de nombreuses passions et occupations : écrire des articles, dessiner, peindre, suivre les compétitions esportives, m’occuper de l’association All For One
Mes journées ne font que vingt-quatre heures comme tout le monde, et pourtant, je dors toujours autant qu’avant, et j’arrive à consacrer une à deux heures par jour à l’apprentissage du coréen, en plus de mes occupations habituelles.

Mon secret pour tout faire ? Eh bien justement, je ne fais pas tout.
Au début de mon apprentissage, je ne consacrais que dix à vingt minutes par jour à mes leçons. J’utilisais une application mobile de temps à autre à la pause déjeuner, ou entre deux activités. Mais je me suis vite rendu compte que pour progresser, il me fallait plus de temps de coréen par jour. Seule question, où allais-je trouver ce temps ? J’avais déjà l’impression d’avoir des journées bien remplies et que je ne pouvais rien ajouter de plus, au risque de tout faire éclater.

J’ai donc décidé de comptabiliser le temps que je passe sur chaque activité dans la journée, et ce sur une semaine. Du lever au coucher, j’ai noté sur un carnet mes heures de début et de fin pour mes repas, mon temps sur les réseaux sociaux ou les jeux vidéos…
Puis j’ai pris une décision radicale : éliminer les activités superflues qui me prennent trop de temps. Un exemple flagrant : en désinstallant le jeu “Animal Crossing” de mon téléphone, j’ai gagné environ quarante minutes de temps libre par jour !
Vous pouvez aussi essayer cet exercice, cela peut vous être utile pour mieux organiser vos journées et avoir plus de temps libre pour les activités qui comptent beaucoup pour vous.

Autre conseil pour mener à bien toutes ses passions : ne pas tout cumuler sur une journée, et faire de petites sessions. Je fais rarement plus de deux à trois activités par jour par exemple, et cela comprend les sessions d’apprentissage du coréen.

4- Bilan

Pour terminer cet article, je dirais simplement que ce challenge que je me suis lancé, même s’ il n’aboutit pas dans les mois qui viennent, m’aura permis d’apprendre beaucoup de choses.

Tout d’abord, apprendre une nouvelle langue, c’est aussi se confronter à la culture qui va avec. C’est un véritable enrichissement personnel et une ouverture sur le monde.
Ensuite, cela m’aura permis de challenger ma mémoire et mon insatiable envie d’apprendre, sur un sujet nouveau et bien loin de mes repères habituels.
Enfin, cela m’a aidé à remanier l’organisation de mes journées. Vous ne me croirez pas si je vous dis que j’ai dégagé tellement de temps libre, que j’arrive à tenir d’autres défis personnels au quotidien !

J’espère vous avoir intéressés avec ce sujet bien différent de d’habitude.
Si vous souhaitez suivre mes progrès et mes aventures linguistiques, je les partage sur Twitter entre trois dessins et deux commentaires vidéoludiques. Venez me rejoindre si le coeur vous en dit !

Le blog a été à l’arrêt pendant une longue période, il est temps de lui redonner vie avec quelques écrits de temps à autre. Je ne sais pas encore le rythme que je vais tenir, mais j’ai maintenant assez de temps libre pour écrire des articles !

Prenez soin de vous, à la prochaine !